Reportage : le long de l'oued Drâa, deux barrages et une vallée à sec

Source d’eau de toute la région d’Ouarzazate, l'oued Drâa est 
à sec. Il ne remplit plus le barrage Mansour Eddahbi et n’arrose plus les palmeraies. Ce qui impacte tous les oasis de la vallée.

Par

Après les crues, l'oued Draâ coule par endroits pendant une courte durée, puis s'assèche à nouveau sur de longues périodes. Crédit: DR

Des bungalows abandonnés surplombant un bassin de plus en plus asséché, des acacias isolés ici et là, des débris de bouteilles d’alcool, des crottes de chameaux sèches, etc. La rive nord du lac du barrage Mansour Eddahbi, près d’Ouarzazate, est loin de la carte postale vendue encore chez les kiosquiers. À l’ouest, la silhouette du “Golf d’Ouarzazate”, un projet comptant des demeures de luxe et quelques établissements hôteliers dont la majorité a baissé le rideau, pourrait atténuer l’impression de zone sinistrée. Sauf que ce nom touristique cache mal l’échec d’une lubie de Driss Basri. Le ministre de l’Intérieur de Hassan II avait fait construire ce projet résidentiel, qui a profité à quelques hauts gradés de l’armée et de l’Intérieur, autour d’un terrain de golf. On comptait sur l’eau stockée dans le barrage, construit en 1972, pour irriguer le parcours. C’est que dans la région, le gâchis…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés