Bachir Ben Barka : “Les autorités marocaines et françaises jouent la montre”

Chaque 29 octobre, des militants et des activistes commémorent la disparition de Mehdi Ben Barka, enlevé en 1965 devant la brasserie Lipp à Paris. Pour TelQuel, son fils revient sur le combat de toute une famille pour la vérité.

Par

“C’est la plus longue instruction judiciaire toujours ouverte, nous en sommes au douzième juge d’instruction”, regrette le fils du leader de gauche. Crédit: DR

C’est un rendez-vous annuel pour les militants marocains à Paris. Ce 29 octobre, des dizaines d’entre eux se sont donné rendez-vous devant la brasserie Lipp pour commémorer la disparition de Mehdi Ben Barka, survenue en 1965. 57 ans après le tragique évènement, force est de constater que le temps n’a pas eu raison du combat “pour la vérité et la justice” de la famille de l’ancien leader de la gauche. Un long combat qui se heurte au refus des Etats impliqués dans sa disparition, principalement le Maroc et la France, de répondre favorablement aux demandes de la justice. “C’est la plus longue instruction judiciaire toujours ouverte, nous en sommes au douzième juge d’instruction”, regrette le fils du leader de gauche, Bachir Ben Barka, dans cet entretien.

Le 29 octobre dernier à Paris, vous avez organisé une manifestation devant la brasserie Lipp…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés