Exclusif : les détails de l’enquête qui pourrait disculper Omar Raddad

Vingt-huit ans après sa condamnation pour le meurtre de Ghislaine Marchal, de nouveaux éléments pourraient définitivement disculper Omar Raddad. Notamment une enquête de gendarmerie qui a mis au jour, dès 2004, une piste “viable” allant à l’encontre du scénario privilégié par la justice. TelQuel révèle en exclusivité les détails d’une enquête qui semble avoir été “étouffée”...

Par

“Nous ignorons pourquoi le Parquet n’a pas voulu aller plus loin à l’époque, ni pourquoi la défense n’a pas eu connaissance de cette enquête plus tôt. Tout cela est absolument incompréhensible”, s’insurge Me Sylvie Noachovitch. Crédit: MEHDI FEDOUACH / AFP

Omar Raddad pourrait bientôt être innocenté du meurtre dont il reste accusé depuis 1991. Le 19 mai, sa défense a présenté devant la commission d’instruction de la Cour de révision de nouveaux éléments “de nature à établir l’innocence du condamné ou à faire naître un doute sur sa culpabilité”. Les éléments ? Une enquête menée discrètement par la Brigade territoriale (BT) de la gendarmerie de Nice, entre 2002 et 2004, qui avait mis au jour une piste plausible dans le meurtre violent de Ghislaine Marchal. TelQuel a pu consulter, en exclusivité, certains procès-verbaux synthétisant cette investigation, inconnue du grand public jusqu’ici. En voici les détails.

Un témoignage clé… oublié

Pour comprendre l’importance de cette thèse, il faut remonter vingt ans en arrière. Plus exactement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés