Zakya Daoud : “Les femmes ne peuvent pas être des héroïnes, c’est encore mal vu”

Auteure de nombreux ouvrages historiques, Zakya Daoud a sorti des oubliettes Zaynab Nefzaouia et Sayyida El Horra dans des biographies romancées. Elle décrypte les mécanismes de marginalisation des femmes dans l’histoire.

Par

Touria Chaoui tout comme la Chérifa d’Ouezzane et Sayyida El Horra (de g.à d.) sont relativement invisibles dans l’histoire du Maroc malgré leur importance. Crédit: DR

Pourquoi le nom de Zaynab Nefzaouia ne sonne pas aussi familier que celui de Youssef Ibn Tachfine ? Pourtant, ils étaient époux, et c’est ensemble qu’ils ont régné pendant le début de la dynastie almoravide. A l’un, on impute le titre de “roi”, à l’autre, celui de “femme influente”.

Zakya DaoudCrédit: TOUMI/TELQUEL
A l’instar de Zaynab Nefzaouia, nombreuses sont les femmes de notre histoire que les récits officiels ont longtemps écartées, et dont la mémoire se perd au fil des années qui passent. Les noms de Touria Chaoui, première femme marocaine devenue pilote, ou encore de Saïda Menebhi, militante et poète, devenue symbole féminin de la répression des années de plomb, sont pour beaucoup inconnus. Zakya Daoud explique la finesse des frontières entre oubli, omission et effacement volontaire lorsqu’il s’agit de la place des femmes dans l’histoire.

à lire aussi

A…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés