Code de transport électrique : enquête sur une occasion ratée

Censée être l’une des rampes de lancement du Nouveau modèle de développement, la libéralisation du secteur énergétique semble vouée à l’échec. Dernier exemple en date, le Code de transport électrique adopté le 20 décembre dernier. Censé fixer les règles du jeu d’un marché de l’électricité entièrement libéralisé, affichant des prix compétitifs et décarbonés, le texte maintient le statu quo et le monopole de l’ONEE. Et relègue même l’Agence nationale de régulation de l’électricité, le régulateur du marché, au second rang.

Par

TELQUEL

Ils sont en train de mettre au défi les orientations royales et le Nouveau modèle de développement!”. Nous sommes le 19 janvier et le Code de réseau électrique national de transport (CRENT) vient d’être adopté, il y a un mois. Au grand dam de ce responsable de l’un des producteurs d’énergie du pays qui espérait un texte équilibré fixant les règles du jeu d’un marché véritablement libéralisé.

“Les prix du charbon et du fuel sont en train de monter en flèche, il était vraiment temps d’encourager la production d’une énergie propre. On se retrouve avec un texte qui condamne l’indépendance…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés