2022, l’année du rebond ?

2022, l’année du rebond économique ? Dans un contexte de flou conjoncturel, TelQuel questionne les patrons de grandes entreprises afin de recueillir leurs prédictions sur quatre thématiques essentielles : la croissance, le capital humain, le “made in Morocco” et l’innovation.

Par

Dans une usine à Tanger, le 13 mars 2018. Crédit: Fadel Senna / AFP

La soudaine résurgence du virus à travers le variant Omicron tempère les espoirs d’un net rebond de l’économie en 2022. En dépit de prévisions de croissance optimistes, l’incertitude que fait planer le virus sur les chaînes logistiques et le risque d’une accentuation des tensions inflationnistes font craindre le pire. Mondialisation oblige, le Maroc ne peut se soustraire à son environnement international. Celui-ci est rattrapé par une pandémie que l’on croyait sur le point de tirer ses dernières salves. Du coup, le contexte est marqué par la hausse des prix de l’énergie et le ralentissement de la locomotive chinoise qui prive les marchés d’un booster de la croissance mondiale. Le tout sous-tendu par ce qui semble être un début de guerre froide entre les deux puissances structurantes de la planète, les États-Unis et la Chine. Sans oublier une Russie en embuscade, notamment sur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés