Présidence française de l’Union européenne : quels bénéfices pour le Maroc ?

Ce début d’année 2022 a été marqué par l’entame de la présidence tournante française du Conseil de l’Union européenne. Si cette position ne confère à la France aucun pouvoir sur les 26 autres pays, elle lui permet néanmoins de définir les enjeux principaux qui seront discutés à Bruxelles durant les six prochains mois. Une occasion pour le royaume de faire avancer certains dossiers auprès de ses partenaires européens.

Par

Lors du dernier sommet UE-UA, en 2017 à Abidjan, Mohammed VI s’entretient avec les présidents français et gabonais Emmanuel Macron et Ali Bongo (à gauche) ainsi qu’avec Umaro Sissoco Embalo, alors Premier ministre –et aujourd’hui président– de la Guinée-Bissau. Crédit: Fadel Senna / AFP

Vu du Maroc, le cérémonial européen peut sembler de peu de conséquences. Comme le lancement officiel, le 7 décembre, de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (UE). Un mandat que la France a entamé ce 7 janvier, avec une rencontre entre le président Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Mais cette présidence française a pourtant des allures d’aubaine pour le Maroc. Alors que les accords agricoles et de pêche liant le royaume et les 27 sont contestés, Rabat pourrait profiter de l’occasion offerte par le prochain sommet Union africaine-UE en se positionnant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés