Hicham Hajji : “L’Occident n’est pas intéressé par nos histoires, c’est pour ça qu’il faut un peu forcer les choses”

DR

Smyet bak ?

Khalil.

Smyet mok ?

Amina.

Nimirou d’la carte ?

A284252… Non, ce n’est pas vrai (rires).

Et le bon ?

C’est ce que je viens de dire.

Votre film “Redemption Day” reprend tous les codes du film d’action hollywoodien : vétéran, kidnapping, conspiration, terrorisme… Vous n’en faites pas un peu trop ?

Est-ce que j’en ai fait trop ? L’idée de base, c’était de raconter une histoire dans un film divertissant, sans trop de prétention, où le spectateur passe un bon moment, avec une bonne musique, un peu d’action, un peu d’amour, les ingrédients hollywoodiens quoi.

“Je pense qu’on a fait un petit produit sympa qui plaît dans le monde, Redemption Day est d’ailleurs numéro 1 depuis sa sortie dans 21 pays d’Amérique Latine sur Netflix”

Hicham Hajji
Je pense qu’on a fait un petit produit sympa qui plaît dans le monde, Redemption Day est d’ailleurs numéro 1 depuis sa sortie dans 21 pays d’Amérique Latine sur Netflix. Donc peut-être que j’en ai un peu trop fait, mais…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés