Mariage des mineures : vers la fin du “système d’exception” ?

Associations et militants pour la protection de l’enfance s’élèvent depuis de nombreuses années contre l’article 20 du Code de la famille qui autorise le mariage des mineurs. Un problème à la fois juridique, social et sanitaire dont le Ministère public fait aujourd’hui une priorité.

Par

Les mariages précoces concernent essentiellement les jeunes filles. Crédit: TelQuel

Un phénomène en passe d’être éradiqué ? C’est en tout cas le message envoyé depuis quelques semaines par le gouvernement Akhannouch sur l’épineuse question du mariage des mineurs. Théoriquement interdite depuis 2004, cette pratique reste possible en passant par un système de dérogations, comme le prévoit l’article 20 du Code de la famille qui stipule que “le juge de la famille chargé du mariage peut autoriser le mariage du garçon et de la fille avant l’âge de la capacité matrimoniale (…) par décision motivée précisant l’intérêt et les motifs justifiant ce mariage”.

“Nous savons que beaucoup d’autorisations de mariage sont accordées sans tenir compte de l’avis de la jeune fille qui souvent est arrachée à ses études”

Meriem Othmani, présidente de l’INSAF
Un système d’exception qui est pourtant devenu une règle, comme en témoigne une récente étude du Ministère public….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés