Pour son premier grand oral face aux députés, Akhannouch assume des réformes “injustes” mais “essentielles”

Premier grand oral d’Aziz Akhannouch le 29 novembre à la Chambre des représentants. Couverture sociale, santé, éducation… Le chef du gouvernement dresse un bilan d’étape des premières réformes adoptées, mais les réponses définitives aux dossiers brûlants vont devoir attendre.

Par

Le chef du gouvernement Aziz Akhannouch présente le programme gouvernemental devant les Chambres des représentants et des conseillers, le 11 octobre 2021 lors d'une séance plénière au Parlement. Crédit : Rachid Tniouni/TelQuel Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Aziz Akhannouch s’est présenté, ce lundi 29 novembre au Parlement, à la première session plénière de son mandat, consacrée aux questions des députés. Un premier grand oral placé sous le signe du “plan d’action du gouvernement pour renforcer l’État social”. Akhannouch a fait deux discours de 30 minutes chacun, où il a notamment défendu les récentes décisions gouvernementales qui ont suscité une large polémique. Le gouvernement “n’hésitera pas à prendre des décisions qui semblent injustes dans le sens étroitement politique du terme, mais elles sont essentielles”, a-t-il expliqué dans une optique d’instauration d’un État social. “Ce ne sont pas des slogans sur fond de rivalité électorale, mais plutôt de la créativité dans la mise à disposition des ressources, et l’audace de réformer en réponse aux résultats”, a affirmé le chef du gouvernement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés