Coronavirus : la surmortalité des Marocains en France supérieure de 30% à celle du reste de la population

D’après une récente étude dont Diaspora a pu consulter les résultats, les immigrés nés au Maroc et installés en France ont connu en 2020 une surmortalité de 37,5 %, contre 7,8 % dans le reste de la population hexagonale. Comment l’analyser ?

Par

En 2020, l’augmentation de la mortalité des Marocains nés au Maroc et vivant en France a été multipliée par 11 par rapport à 2019 : le nombre de décès a augmenté de 37,5 % entre 2019 et 2020, contre 3,6 % entre 2018 et 2019. Dans le même temps, elle n’était multipliée “que” par 8 pour l’ensemble de la population vivant en France  (+ 7,8 % en 2020, contre 0,5 % en 2019), selon Jamal Bouoiyour.

Docteur en économétrie et maître de conférence en économie du développement à l’université de Pau, dans le sud-ouest de la France, ce dernier a récemment conduit une étude pour le compte du Bureau international du travail (BIT) et du ministère chérifien des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger (MRE), intitulée “L’évaluation du risque épidémiologique et de la vulnérabilité socio-économique et psychologique des migrants marocains en Europe”. Afin de mesurer la surmortalité des personnes nées au Maroc, le chercheur s’est appuyé sur une analyse minutieuse du fichier Insee du nombre de décès en France.

La comparaison entre la mortalité antérieure à la période Covid et celle enregistrée depuis le déclenchement de la pandémie est actuellement considérée par la communauté scientifique comme le véritable révélateur de la létalité de la maladie. En effet, rappelle Youssef Oulhote, épidémiologiste et chercheur à l’université du Massachusetts, le recensement des morts attribuées au virus est “sous-estimé partout, dans le monde entier” car même les systèmes d’information les plus aboutis sont incapables d’être parfaitement exhaustifs.

Ainsi, l’analyse de Jamal Bouoiyour révèle que la surmortalité – l’augmentation de la mortalité – liée au nouveau coronavirus en France est supérieure de 30 % (entre 2020 et 2019) pour les Marocains nés au Maroc par rapport au niveau qu’elle atteint au sein de la population française dans son ensemble. Cette inégalité devant la mort préexistait certainement à l’épidémie, mais cette dernière la révèle aujourd’hui et la rend plus criante.

Lisez la suite de l’article sur