Entre la magie et 
le hamdoullah

Par Fatym Layachi

Pas de doute, c’est l’hiver. Tu as froid. Ta collègue passe ses journées emmitouflée dans un de ses ponchos en grosse laine. Tu as déjà été invitée à deux raclettes. Dans ton immeuble, ça commence à sentir le feu de cheminée. Le concierge t’a proposé de te ramener du bois. Tu as bien évidemment accepté. Tu n’as rien contre l’assistanat. Et le concierge non plus d’ailleurs n’a rien contre. Au contraire, c’est grâce à ce genre de service à la personne totalement personnalisables que ledit concierge peut vivre décemment et faire vivre sa famille. Son seul salaire ne suffirait absolument pas. Son salaire exclusivement ne pourrait même pas payer la moitié des frais de scolarité d’un de ses gamins. Et il n’est pas du tout le seul dans ce cas-là. Ce mode de fonctionnement est plutôt généralisé sur l’ensemble du pays. Tu n’es absolument pas économiste ou sociologue, mais tu es à peu près certaine que si des études sont faites sur la corrélation entre salaire et coût de la vie, les résultats doivent être pour le moins préoccupants. Même…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés