Ouafa Hajji : “Nous sommes optimistes quant à l’adoption de la loi-cadre sur la parité pour 2022”

En juin dernier, la pétition du collectif Parité Maintenant, qui propose une loi-cadre sur la parité, a été acceptée au parlement. Les élections désormais passées, sa mandataire, membre du bureau politique de l’USFP et présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes, revient à la charge. Elle décrypte également la place des femmes politiques dans le processus électoral.

Par

Ouafa Hajji, membre du bureau politique de l’USFP et présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes. Crédit: DR

TelQuel : À l’annonce de la formation du gouvernement, beaucoup se sont félicités de la nomination de sept femmes ministres, tandis que d’autres ont estimé que 28 % de femmes au gouvernement, c’est loin d’être suffisant. Où vous situez-vous ?

Ouafa Hajji : Si on parle d’évolution globale de la représentation féminine au sein du gouvernement, nous sommes sur une phase ascendante, qui reste à confirmer dans l’avenir. 28 %, ce n’est pas ce que nous avons connu auparavant : sur le plan quantitatif, c’est important, et c’est à saluer. Si, en termes de représentation féminine, le Maroc n’a pas encore atteint le tiers requis au niveau international, “nous avons aujourd’hui des femmes ministres dans des portefeuilles…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés