Cinéma : faut-il aller voir “Haut et fort” de Nabil Ayouch ?

Du rap, du rire, de la contestation : “Haut et fort”, le dernier long métrage de Nabil Ayouch, est sorti le 3 novembre dans les salles marocaines. Malgré un scénario 
un peu convenu, le film brille grâce à ses jeunes interprètes.

Par

Les jeunes acteurs du film sont des élèves de la Positive School, projet monté par Anas Basbousi et Nabil Ayouch. Crédit: DR

Haut et fort est enfin à l’affiche au Maroc, depuis le 3 novembre. Enfin, car il y a plusieurs mois que le nouveau film de Nabil Ayouch fait parler de lui. Le 15 juillet dernier, il était projeté en avant-première lors de la 74e édition du Festival de Cannes en France.

L’équipe du film autour du réalisateur Nabil Ayouch, lors de la montée des marches du Festival de Cannes, le 15 juillet 2021.
C’est le premier film marocain de fiction sélectionné en compétition officielle — précédé avant cela par Âmes et rythmes, le documentaire du réalisateur Abdelaziz Ramdani, en 1962. Mais ce n’est pas une première cannoise pour son réalisateur, déjà présent en 2012 pour Les Chevaux de Dieu (dans la section “Un certain regard”), et en 2015 pour…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés