Pass vaccinal : premiers effets secondaires d’une mesure controversée

La mise en place du pass vaccinal comme condition pour un retour à une vie (presque) normale a produit un double effet, entre ruée vers les centres de vaccination et premières oppositions.

Par

Yassine Toumi / TelQuel

Obliger ou inciter à la vaccination ? Vingt mois après le début de la pandémie, le Maroc sous Covid-19 se voit maintenant confronté à cette dualité. En instaurant l’obligation du pass vaccinal à partir du 21 octobre, le gouvernement a décidé de conditionner les déplacements entre villes et régions, ainsi que l’accès aux différents services publics et lieux non essentiels à la présentation de ce document, qui atteste que l’usager s’est bien fait vacciner. “Le principe de précaution impose un allègement des mesures restrictives pour les personnes vaccinées, qui sont aujourd’hui en majorité”, justifiait le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, le 25 octobre lors de son grand oral devant la Chambre des représentants. Une première mesure aussi forte que soudaine, dont le principal effet s’est déjà fait ressentir dans les centres de vaccination et vaccinodromes.

à lire aussi

Une “grande adhésion”, saluée par le gouvernement dans un communiqué diffusé…
article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles