Pandémie : le pass de toutes les surenchères

L’instauration inopinée du pass vaccinal ce jeudi 21 octobre n’est pas du goût de tous. Ne leur ayant accordé que 3 jours de délai, le gouvernement force les citoyens à se conformer en urgence à une nouvelle donne sanitaire. La  mesure est-elle anticonstitutionnelle ou salvatrice? Le point.

Par

Premier jour de l'instauration du pass vaccinal, le 21 octobre 2021, à Casablanca. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

La décision est tombée comme un couperet dans la soirée du lundi 18 octobre. Le gouvernement annonce l’obligation de présenter un pass vaccinal pour se déplacer entre les villes, ainsi que pour se rendre dans tous les espaces publics. La nouvelle suscite très vite des réactions de colère, notamment sur les réseaux sociaux. Les critiques sont d’autant plus sévères que l’entrée en vigueur de la mesure est prévue seulement trois jours plus tard, le jeudi 21 octobre.

“La vaccination n’est pas valable sans une troisième dose”

Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé
Le lendemain de l’annonce, le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb intervient sur Al Aoula et en rajoute une…
article suivant

Des vols de rapatriement pour les Marocains coincés en France, en Espagne et en Turquie