Ouïgour détenu au Maroc : pour les autorités, l’annulation de la notice rouge d’Interpol n’aura aucun impact

Incarcéré au Maroc depuis trois mois, Yidiresi Aishan, un ressortissant chinois appartenant à la minorité musulmane ouïgoure, fait l’objet d’une procédure d’extradition vers la Chine, qui le réclame. Dans un courrier adressé aux Haut-commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et consulté par TelQuel, les autorités marocaines détaillent l’ensemble de la procédure et apportent leurs observations.

Par

Idriss Hasan, ingénieur ouïgour de 33 ans, attend que la justice marocaine statue sur son sort. Crédit: DR

L’arrestation de Yidiresi Aishan a eu lieu sur la base du mandat d’arrêt international et pour des faits incriminés eux-mêmes par la loi marocaine, en l’occurrence appartenance à une organisation terroriste.” Telle est la réponse des autorités marocaines au sujet de la détention de ce ressortissant chinois, appartenant à la minorité turcophone ouïgoure et incarcéré à la prison locale de Tifelt 2 depuis le 20 juillet.

La carte de résidence turque de Yidiresi Aishan.Crédit: DR
Interpellé par quatre procédures spéciales  depuis le 11 août, concernant Yidiresi Aishan (du nom figurant sur sa carte de résidence turque, il est également appelé Idriss Hasan), la Mission permanente du Royaume du Maroc auprès de l’ONU a fait part de ses…
article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital