Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée

Le pass vaccinal entre en vigueur au Maroc le 21 octobre. Une décision annoncée trois jours avant, et qui crée un clivage au sein de la société marocaine. Même parmi les scientifiques, les avis divergent. Le point avec Jaâfar Heikel et Tayeb Hamdi.

Par

Ce gérant de café à Salé exige de prendre la température de ses clients pour limiter les risques de contamination. Crédit : Rachid Tniouni/TelQuel

A partir du jeudi 21 octobre, il ne sera plus possible pour les personnes non vaccinées de se déplacer entre les villes et à l’étranger, ou de se rendre dans les centres commerciaux, les hammams ou les salles de sport. Sur recommandation du Comité scientifique et technique, le gouvernement a décidé, trois jours auparavant, de généraliser le pass vaccinal à ces différents aspects de la vie quotidienne. Sur les réseaux sociaux, la réaction des Marocains fut immédiate. La question révèle deux communautés distinctes, celles des “pro-pass”, qui estiment que le pass vaccinal permettra de protéger toute la population et ainsi de revenir à la vie “normale”, et les “anti-pass” qui estiment que cette démarche est anticonstitutionnelle et va à l’encontre des libertés individuelles. Le débat s’étend même aux membres de la communauté scientifique qui sont divisés entre…

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger