Football : vivre à l’étranger et continuer d’être un “ultra” du Raja, du Wydad ou de l’AS FAR

Apparu au Maroc au milieu des années 2000, le phénomène des “ultras” – les plus fervents supporteurs des équipes de football du royaume – a essaimé aux quatre coins de la diaspora… survivant à la distance, au décalage horaire, et même à la crise sanitaire ! Témoignages, forcément hauts en couleurs.

Par

Des membres des Winners, l'un des groupes "ultras" du Wydad Casablanca, dans les rues d'une grande ville européenne. Crédit: DR

Au mois d’août dernier, les supporteurs du Raja Casablanca vivant en Europe ont reçu un superbe cadeau lorsque leur club a été invité par l’AS Rome à venir disputer un match amical de préparation à la nouvelle saison. Si le score final a été sans appel (5-0 pour les stars de la capitale italienne), les fans expatriés des Verts ont donné de la voix avant, pendant et même après la rencontre.

“C’était une question de fierté”, rapporte Karim*, très actif dans la tribune nord du mythique Stadio olimpico. À Casablanca, il était un habitué de la travée sud du Complexe Mohammed-V – “Donor”, comme il le surnomme.

On s’est réunis avant le match pour nous diriger tous ensemble vers le stade. C’était comme dans un rêve. J’avais fait le déplacement depuis Lyon, nous étions une centaine. J’étais enfin entre les miens en traversant les rues de Rome avec nos chants et nos banderoles. C’était magique”, raconte celui qui n’est plus rentré au Maroc depuis plus de cinq ans pour des raisons personnelles et familiales.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc