Errachidia : arrestation de 4 autres personnes liées à la cellule terroriste récemment démantelée

Le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) a interpellé, les 16, 20 et 22 septembre, quatre autres individus pour leurs liens présumés avec la cellule terroriste affiliée à Daech, démantelée à Errachidia le 14 septembre.

Par

Démantèlement le 14 septembre 2021 à Errachidia d'une cellule terroriste affiliée à Daech composée de trois extrémistes. Crédit: DGSN

L’interpellation de ces quatre personnes intervient dans le sillage des enquêtes au sujet de cette affaire, menées sous la supervision du parquet chargé des affaires de terrorisme, afin d’arrêter tous les membres de la cellule terroriste, d’élucider ses ramifications sur les plans national et international, et d’identifier ses projets terroristes, indique un communiqué du BCIJ.

Selon les données préliminaires de l’enquête, les membres de la cellule terroriste ont prêté allégeance au prétendu émir de l’organisation Daech et adhéré à une campagne d’enrôlement et d’embrigadement au profit de leur organisation terroriste pour laquelle ils ont choisi le nom de “Jamaât Attawhid Al Islami Bi Al Maghrib”, précise la même source.

à lire aussi

Les membres de cette cellule s’apprêtaient à perpétrer des actes terroristes sur le territoire national, ayant pour cibles des installations sécuritaires et militaires et une liste de fonctionnaires exerçant au sein de ces installations et d’administrations publiques à travers le mode opératoire du terrorisme individuel, soit par empoisonnement ou liquidation physique, ajoute le communiqué.

Les membres de cette organisation ont manifesté leur volonté d’embrigadement et de recrutement pour rejoindre “Wilayate Khorassan” (l’ancien nom donné à l’Afghanistan), considérée comme nouveau repaire des organisations terroristes.

Ils ont également exprimé leur soutien et bénédiction des opérations terroristes ayant visé récemment l’aéroport de la capitale afghane, relève le BCIJ.

Toutes les personnes interpellées en lien avec cette cellule, au nombre de 7 actuellement, ont été placées en garde à vue à la disposition de l’enquête judiciaire menée par le BCIJ.

(avec MAP)

article suivant

“Non au pass vaccinal” : de la rue au Parlement, levée de boucliers dès le premier week-end d’application