Tractations pour le nouveau gouvernement: la ruée vers l’arche d’Akhannouch

Chargé le 10 septembre dernier par le roi Mohammed VI de former le nouveau gouvernement, Aziz Akhannouch a reçu, les 13 et 15 septembre derniers, la majorité des secrétaires généraux des partis politiques représentés au Parlement. Alors que plusieurs formations souhaitent rejoindre la nouvelle coalition, le deuxième round des négociations s’annonce rude.

Par

Le RNI de Aziz Akhannouch a raflé la majorité des sièges aux élections législatives, régionales et communales 2021, le 8 septembre 2021. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Les contours de la majorité gouvernementale se préciseront au cours de la semaine prochaine”, a déclaré, le 15 septembre, le nouveau chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, lors d’un point de presse organisé au siège de son parti à Rabat. Une déclaration qui intervient au terme de deux jours marathons, les 13 et le 15 septembre, durant lesquels le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), chargé le 10 septembre dernier par le souverain de former le nouvel Exécutif, a reçu, tour à tour, les secrétaires généraux des partis politiques représentés au Parlement par ordre décroissant, du Parti authenticité et modernité (PAM) jusqu’à l’Alliance de la fédération de gauche (AFG). Seuls Saâd-Eddine El Othmani, chef du gouvernement sortant et secrétaire général démissionnaire du Parti de la justice…

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal