Mohammed Ennaji : “Plus qu’une déconfiture, il s’agit d’une pulvérisation pure et simple du PJD”

Pour le sociologue et historien Mohammed Ennaji, le PJD vient de subir une défaite dont il pourra difficilement se relever. Les Marocains urbains qui avaient soutenu le parti islamiste quand il incarnait le renouveau l’ont lâché en raison de son bilan, sans “se poser de questions liées à la charia”.

Par

Abdelilah Benkirane et Aziz Akhannouch. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Les urnes ont parlé. Le RNI est arrivé premier et devra former une coalition. Cette victoire marque-t-elle la fin d’une parenthèse ouverte en 2011 avec les Printemps arabes et le mouvement du 20-Février?

Mohamed Ennaji
Mohamed Ennaji.Crédit: DR
Mohammed Ennaji : Certainement, sauf qu’une parenthèse fermée peut entraîner l’ouverture d’une autre. Le 20-Février n’en a pas fini de germer, du moins au vu de la situation présente et de son évolution.

Le PJD subit une déconfiture sans précédent. L’attrait qu’exerçait l’islam politique s’est-il définitivement dissipé ?

“Ce serait une erreur de généraliser, le PJD à lui seul n’épuise pas l’islam politique, celui-ci pourrait trouver d’autres formes de manifestation”

Mohammed Ennaji
Question complexe. Plus qu’une déconfiture, il s’agit d’une pulvérisation pure et simple. L’islam politique…
article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal