Taha Fahssi, alias El Grande Toto : “Je parle à cette génération déchue à laquelle il faut rappeler que tout n’est pas encore mort”

Ses rêves d’ado, sa vie d’artiste, son ambition de star... près d’une semaine après la sortie de son premier album “Caméléon”, le 5 mars, 
El Grande Toto se raconte dans les colonnes de TelQuel. 
Interview.

Par

“Je suis l’un des exportateurs du rap marocain, peut-être un de ses piliers”, assume Toto, qui vient de sortir son premier album. Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

Ses rêves d’ado, sa vie d’artiste, son ambition de star… près d’une semaine après la sortie de son premier album “Caméléon”, le 5 mars, 
El Grande Toto se raconte dans les colonnes de TelQuel. 
Interview.

à lire aussi

Au-delà des chiffres, que représente ce premier album pour toi?

C’est un rêve de gosse. Je ne pense pas que je pourrais trouver un meilleur terme pour te répondre. Je me rappelle qu’à l’époque, j’achetais les CD de 50 Cent, de Lunatic… Je trouvais que c’était un truc de malade: je regardais la couverture de l’album, et je rêvais que ce soit ma photo dessus. Quand je vois mon album aujourd’hui, je trouve ça fou, surtout quand je viens de là où j’ai grandi. Benjdia n’est pas le quartier le plus chaud de Casa, mais ce n’est pas évident non plus. De manière générale, être un jeune Marocain et vouloir percer, ce n’est pas évident.

Tu dis vouloir obtenir un disque d’or en France (50.000 équivalent ventes, entre achat physique, téléchargement et streaming). Est-ce pour atteindre cet objectif que tu as cherché des poids…

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger