Affaires Raissouni et Radi : une condamnation, des irrégularités et des incertitudes

Le journaliste et ancien rédacteur en chef d’Akhbar Al Yaoum, Soulaimane Raissouni, a été condamné, vendredi 9 juillet, à une peine de cinq ans de prison ferme. Alors que la défense dénonce de nombreuses irrégularités ayant entravé les audiences, le Parquet affirme que le procès a été “équitable”. A la lumière de la peine prononcée à l’encontre de Raissouni, beaucoup d’observateurs font également part de leurs inquiétudes concernant le verdict de l’affaire Omar Radi, attendu pour ces prochains jours.

Par et

Les avocats de Soulaimane Raissouni sont vent debout pour dénoncer sa condamnation à 5 ans de prison ferme pour “agression sexuelle”. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

De quoi le verdict de l’affaire Soulaimane Raissouni deviendra-t-il le nom ? Celui d’une “boucherie judiciaire”, comme tempête sa défense ? D’un jugement empreint de zones “d’irrégularités”, comme l’estiment ses soutiens, dans l’attente de davantage de bruit dans la caisse de résonance internationale ? Ou d’un procès “équitable”, argument brandi par le Ministère public ? Vendredi 9 juillet, l’ancien rédacteur en chef d’Akhbar Al Yaoum, Soulaimane Raissouni, a été condamné à cinq ans de prison ferme pour “agression sexuelle”, ainsi que 100.000 dirhams d’amende pour dommages et intérêts, par la Cour d’appel de Casablanca. Depuis l’ouverture des audiences, le journaliste…

article suivant

Des vols de rapatriement pour les Marocains coincés en France, en Espagne et en Turquie