Migration forcée : le HCP revient sur les principales raisons du choix du Maroc comme destination

Le Haut-Commissariat au Plan a publié, ce 22 juin, une étude pour revenir sur les principales raisons du choix du Maroc comme destination par les migrants.

Par

Kusanza Constant Maze, de l'association Afrique Culture Maroc, aidant les demandeurs de carte de séjour, début 2017. Crédit: T.O

La sécurité et les conditions de vie meilleures constituent les principales raisons du choix du Maroc comme destination pour les migrants, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP). “Environ un migrant sur 5 (19,1 %) a choisi de venir au Maroc en raison de la sécurité qui y prévaut. La deuxième raison évoquée est liée aux meilleures conditions de vie au Maroc avec 18 %”, fait savoir le HCP dans une note sur les résultats de l’enquête nationale sur la migration forcée de 2021.

Cette enquête, qui a couvert un échantillon de 3000 migrants répartis en 2200 migrants régularisés ou en situation irrégulière et 800 réfugiés ou demandeurs d’asile, révèle que d’autres considérations sont évoquées, dont particulièrement les conseils de membres de la famille avec 10,7 %, le transit par le Maroc vu sa proximité de l’Europe (10,6 %), les études (7,9 %), l’existence de politique d’immigration offrant plus de droits aux migrants (6,1 %), la facilité de s’y rendre (4,2 %) et le mariage ou regroupement familial (4 %).

Les Syriens majoritaires

Les raisons liées à la sécurité ou aux meilleures conditions de vie au Maroc ont été citées par environ la moitié des Syriens (47,5 %) et des ressortissants de la République démocratique du Congo (47,2 %), par environ le tiers des Camerounais (35 %), des Ivoiriens (33,9 %), des Centrafricains (33,8 %), des Sénégalais et des Guinéens (31,8 %).

Par ailleurs, le HCP souligne qu’une grande majorité de migrants (88,2 %) sont arrivés au Maroc, pour la première fois, entre 2010 et 2021. Cette proportion est plus élevée parmi les jeunes âgés de 15 à 29 ans avec 97,8 % contre 61,1 % pour les adultes de 45-59 ans et 70 % pour les personnes âgées (60 ans et plus). Elle atteint 91,7 % parmi les migrants de sexe féminin contre 85,8 % pour ceux de sexe masculin.

En outre, l’enquête indique que 5,8 % des migrants se trouvant sur le territoire marocain y ont résidé plus d’une fois. Cette proportion est de 27,2 % parmi les adultes âgés de 30 ans et plus, de 6,5 % parmi les hommes contre 4,8 % parmi les femmes, de 18,8 % parmi les divorcés, séparés ou veufs contre 8 % parmi les mariés et 4,3 % parmi les célibataires.

Par pays d’origine, la proportion des migrants ayant résidé plus d’une fois au Maroc atteint 9,7 % pour les Syriens et les Yéménites, 6,6 % pour les Sénégalais et 3,9 % pour les Camerounais.

La voie aérienne privilégiée

Le HCP note également que la majorité des migrants (55,3 %) sont venus seuls au Maroc, les hommes, avec une part de 61,4 % plus que les femmes (46,7 %). Concernant la voie empruntée par les migrants pour rejoindre le Maroc, le HCP fait savoir que près de la moitié d’entre eux sont entrés par les aéroports (48,1 %). Ce sont les Yéménites qui ont déclaré avoir emprunté cette voie le plus avec 76,5 %, suivis des ressortissants de la Centrafrique (73,7 %), de la Côte d’Ivoire (69,7 %) et du Sénégal (65,6 %). La deuxième voie empruntée par les migrants se trouvant au Maroc est celle des frontières avec l’Algérie avec une part de 43,7 %.

Interrogés sur la première ville qu’ils ont traversée après avoir franchi les frontières marocaines, les migrants ont cité, en premier lieu, la ville de Casablanca, avec une part de 44 %, suivie de la ville d’Oujda (40,9 %). Les autres villes citées sont Dakhla (5,1 %), Rabat (2,6 %) et Laâyoune (1,3 %).

(avec MAP)

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement