À cœur ou à raison, ils ont choisi de représenter le Maroc aux Jeux olympiques

Fraîchement qualifiés pour les Jeux olympiques, encore en carrière ou jeune retraité, les sportifs binationaux à qui nous avons donné la parole ont tous opté pour défendre les couleurs du Maroc*. Décision arbitraire, stratégique, de cœur ou de raison, ils expliquent leur choix. Troisième épisode de notre série sur “le dilemme de la nationalité sportive”.

Par

Diaspora

Je me souviens de la première fois où j’ai réussi à faire hisser le drapeau marocain à la fin d’une compétition, c’était à l’occasion du Grand Prix d’Allemagne. À ce moment précis, j’ai voulu montrer au monde entier que le Maroc était là, bien présent dans le judo”, se remémore Asma Niang, judokate de 38 ans.

Sénégalaise par son père, Marocaine par sa mère, celle qui a beaucoup vécu en France montera d’ici à quelques semaines sur le tatami des Jeux olympiques de Tokyo 2021. Elle raconte avoir toujours fait le choix du cœur : “Je possède les trois nationalités, et je n’en rejette aucune. Mais j’ai choisi de représenter le Maroc, qui, au-delà d’incarner mon continent et mes origines, demeure mon pays natal.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité