Quel avenir pour les migrations des Marocains après la pandémie ?

Les multiples fermetures de frontières décrétées par les gouvernements pour endiguer la crise sanitaire ont mis un coup de frein brutal aux allées et venues des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Alors que la menace plane toujours, plusieurs chercheurs se livrent pour TelQuel à un exercice délicat : prédire l’évolution des migrations marocaines à moyen et à long terme.

Par

L’émigration à l’étranger, comme les retours au pays des Marocains installés hors des frontières, a été stoppée net durant plusieurs mois en 2020 et en 2021… de même que l’immigration clandestine. “Les migrants irréguliers se glissent dans les moyens de déplacements transnationaux réguliers : containers, bateaux, voitures, etc., explique Mehdi Alioua, sociologue spécialiste des migrations à l’Université internationale de Rabat. De fait, les frontières ont été réellement fermées pour tout le monde.” Après leur réouverture, faut-il s’attendre à la fin des migrations ou au contraire à leur intensification ?

“Le plus probable, c’est que les départs du Maroc fassent un bond, comme on l’a vu en septembre 2020 quand 18.000 Marocains ont rejoint les îles Canaries”, estime Mehdi Alioua. Dès la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés