Entre hourras et faux espoirs, les péripéties des MRE avant de pouvoir passer la période estivale au Maroc

Quelques jours après l’injonction de Mohammed VI de faciliter le retour estival des Marocains résidant à l’étranger (MRE), certains heureux ont réussi à trouver leur sésame à bas coût. D’autres tâtonnent encore à la recherche de solutions, entre saturation des sites et billets indisponibles, tandis que les transporteurs aériens et maritimes se défendent.

Par

Mehdi Fedouach / AFP

Dès que j’ai eu accès au communiqué, dimanche soir vers 18 h, j’ai actualisé l’application de la Royal Air Maroc pour voir si des billets avaient été mis en ligne”, raconte Hiba, 26 ans. La jeune femme, qui réside en France et compte fêter ses fiançailles cet été au Maroc, détaille le parcours du combattant qu’elle a dû subir avant d’obtenir ses tickets.

Une fois les dates de départ confirmées par son fiancé, elle dit être restée sur le site de RAM de 22 heures jusqu’à 1 heure du matin : “La commande fonctionnait, mais je n’arrivais pas à aller jusqu’à l’étape de validation.” 

Elle réussit finalement à décrocher, de justesse, trois billets aller-retour Orly-Rabat les 25 juin et 27 août, pour une valeur unitaire d’environ 150 euros. Trois jours après, elle en rigole : “Dans la précipitation, j’ai quand même oublié de prendre le billet de ma petite nièce.”

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

El Jadida : fuite d'une quantité limitée de gaz d'ammoniac au complexe industriel de Jorf Lasfar