[Le Scan] La fuite de Brahim Ghali

Après 54 jours passés dans un hôpital espagnol, le chef du Polisario est rentré en Algérie. Le juge de la Haute cour nationale espagnole a indiqué qu’il n’y avait pas d’éléments circonstanciels prouvant l’implication de Brahim Ghali dans les crimes qui lui sont reprochés.

Par

Au terme de son audience, Brahim Ghali a échappé à des inculpations pour crimes de génocide, torture, fusillades et viols. Son entrée sur le territoire espagnol sous une fausse identité n’a pas été motif de poursuites judiciaires.

Néanmoins, le chef des milices du Polisario sait que cet épisode judiciaire ponctué d’une crise entre Madrid et Rabat peut, à terme, coûter cher au Front.

Quels impacts cette crise a déjà eus et va avoir sur l’opinion publique et la scène politique espagnole ? Le Front Polisario est-il toujours à l’abri en Espagne ?

Pour Le Scan, le podcast d’actualité de TelQuel, Landry Benoit reçoit Amal Baba Ali, journaliste correspondante à Madrid, et Ignacio Cembrero, journaliste espagnol ayant couvert le Maghreb.

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc