Le roi réitère ses instructions pour régler la question des mineurs marocains en situation irrégulière en Europe

Le roi a réitéré, ce 1er juin, ses instructions pour que la question des mineurs marocains non accompagnés et en situation irrégulière dans des pays européens soit définitivement réglée.

Par

Le roi Mohammed VI, en octobre 2020. Crédit: MAP

Le roi Mohammed VI a réitéré ses instructions aux ministres chargés de l’Intérieur et des Affaires étrangères afin que la question des mineurs marocains non accompagnés, se trouvant en situation irrégulière dans certains pays européens, soit définitivement réglée.

Un communiqué des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères indique que le souverain avait souligné, à plusieurs reprises, y compris à des chefs d’État étrangers, “l’engagement clair et ferme” du Maroc “à accepter le retour des mineurs non accompagnés dûment identifiés”.

“Des mécanismes de coopération ont été mis en place à cet effet avec certains pays, notamment la France et l’Espagne et qui ont abouti au retour au Maroc de plusieurs dizaines de mineurs”, précise le communiqué.

Blocage procédural dans certains pays européens

“Les lenteurs constatées dans la concrétisation de cette coopération sont essentiellement liées à des blocages dus aux procédures (administratives et judiciaires) complexes dans certains pays européens”, ajoute la même source, précisant que “le Maroc est le premier pays concerné par certains cercles de la société civile, voire même des réseaux criminels, qui prennent prétexte des conditions soi-disant précaires des mineurs pour les instrumentaliser”.

Des mineurs tentent de passer la frontière à Melilia.Crédit: AFP

“Le Maroc est disposé à collaborer, comme il l’a toujours fait, avec les pays européens et l’Union européenne (UE), pour le règlement de cette question”, poursuit le communiqué, relevant que le royaume espère que l’UE et les pays concernés “sauront dépasser les contraintes procédurales pour faciliter cette opération”.

“Le Maroc regrette à nouveau que la question migratoire, y compris la question des mineurs non accompagnés, soit utilisée comme alibi afin de contourner les véritables causes de la crise politique actuelle avec l’Espagne, dont les origines et les fondements sont bien connus. Les autorités marocaines se réservent le droit d’apporter, au moment opportun, les réponses appropriées aux accusations infondées du gouvernement espagnol”, conclut le communiqué.

à lire aussi

(avec MAP)

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques