El Othmani félicite le Hamas, le chef du bureau de liaison d’Israël au Maroc réplique sur Twitter

Dans un tweet publié ce mardi 25 mai, le chef du bureau de liaison d’Israël au Maroc, David Govrin, a taclé le chef du gouvernement Saâd-Eddine El Othmani.

Par

Le chef du bureau de liaison d'Israël au Maroc, David Govrin, à Rabat, en mars 2021. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

J’ai été étonné par la déclaration du Premier ministre marocain, M. El Othmani, qui a soutenu et félicité les organisations terroristes Hamas et le Jihad islamique.” Telle a été la réaction du chef du bureau de liaison d’Israël au Maroc, David Govrin.

Ces propos, relayés sur son compte Twitter ce mardi 25 mai, interviennent quelques jours seulement après les déclarations du chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani.

Le 21 mai, le secrétaire général du PJD avait adressé une lettre à Ismaïl Haneyeh, président du bureau politique du Hamas, le félicitant “à l’occasion de la victoire du peuple palestinien et sa forte résistance” contre “l’entité sioniste”. Une réaction intervenue le jour de l’entrée en vigueur de l’accord de cessez-le-feu conclu entre Israël et les factions palestiniennes dans la bande de Gaza après onze jours de violences.

Cette réaction n’a pas été du goût du diplomate israélien en poste au Maroc, qui a pris ses fonctions le 11 janvier suite à la reprise des relations diplomatiques avec Israël.

Dans son tweet publié ce 25 mai, David Govrin qualifie le Hamas et le Jihad islamique d’“organisations terroristes soutenues par l’Iran”. “Quiconque soutient les alliés de l’Iran renforce son influence régionale. Le renforcement de l’Iran, qui sème la destruction dans les pays arabes et soutient le Front Polisario, n’est-il pas en contradiction avec les intérêts du Maroc et des pays arabes modérés ?”, s’interroge-t-il.

Une déclaration qui pourrait semer le trouble entre le Maroc et Israël, moins de six mois seulement après la normalisation de leurs relations, le 10 décembre dernier.

à lire aussi

article suivant

Mhamed Lachkar : “L’armée espagnole a dépossédé beaucoup de familles de leurs terres pour y bâtir des casernes ou autres infrastructures”