Émilienne Malfatto, en attendant l’exécuteur

Le prix Goncourt du premier roman couronne un livre poignant sur les crimes dits “d’honneur”.

Par

Émilienne Malfatto
Émilienne Malfatto est journaliste et photographe indépendante. Elle a reçu le Grand Prix de la photographie documentaire de l’IAFOR 2019 pour son projet Al-Banaat dans le sud de l’Irak. Crédit: DR

Le prix Goncourt du premier roman couronne un livre poignant sur les crimes dits “d’honneur”.

À ce moment-là, contre le sol, au milieu des voiles noirs, dans la poussière, j’ai compris. Et l’univers s’est écrasé sur moi.” Une toute jeune femme, qui n’a connu qu’une seule étreinte bâclée et dont le presque fiancé vient d’être tué à la guerre, réalise qu’elle est enceinte et que le soir même, son frère viendra lui donner la mort.

“La mort est en moi. Elle est venue avec la vie. Ces coups dans mon ventre, ce déchirement de la chair portent en eux la mort”

Émilienne Malfatto
“La mort est en moi. Elle est venue avec la vie. Ces coups dans mon ventre, ce déchirement de la chair portent en eux la mort et la mort est en chemin. Elle va arriver tout à l’heure, au coucher du soleil, j’entendrai son pas un peu lourd, son pas un peu désaxé, un peu boiteux, puis la porte au bout du couloir s’ouvrira et la mort entrera.” Et elle ne fuira pas.

Patriarcat meurtrier

Dans ce…

article suivant

Supervision bancaire: Chiffres clés du 17ème rapport de BAM