Cultivateurs de kif, une possible amnistie pour remettre les compteurs à zéro

À l’approche de l’adoption du projet de loi 13-21 relatif à l’usage thérapeutique et industriel du cannabis, les rumeurs d’un projet d’amnistie des cultivateurs de kif se confirment, soulevant leur lot d’interrogations quant à la future relation entre l’État et les agriculteurs.

Par

“Une grande partie des cultivateurs de la région n’adhèrent pas vraiment au projet” de loi, affirme l’anthropologue Khalid Mouna, déplorant la défiance qui règne toujours. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Effet d’annonce ou vrai geste envers les cultivateurs de kif ? Alors que les députés ont déposé leurs derniers amendements mercredi 19 mai concernant le projet de loi 13-21 relatif à l’usage légal du cannabis, différentes sources au sein du parlement confirment qu’il pourrait contenir une amnistie de près de 60.000 cultivateurs.

“La problématique avec le Rif est d’abord sociale. Un tel projet avec ses impacts sociaux ouvrirait la possibilité à une vraie réconciliation”

Omar Balafrej, député FGD
Le député Omar Balafrej (Fédération de la gauche démocratique, FGD), à l’origine de cette proposition d’amendement, en est convaincu : cette loi pourrait être l’une des plus importantes “depuis longtemps”. Il détaille: “La problématique avec le Rif est d’abord sociale. Un tel projet avec ses impacts sociaux ouvrirait la possibilité à une vraie réconciliation. La proposition d’amendement que je propose sur l’amnistie des…
article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI