Pour Nasser Bourita, la vague migratoire à Sebta est due à “un contexte de fatigue dans la police marocaine post-ramadan”

Lors d’une conférence de presse restreinte, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita assure également que Karima Benyaich, l’ambassadrice du royaume en Espagne, “ne reviendra pas tant que les causes de la crise perdureront”.

Par

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères. Crédit: DR

L’ambassadrice du Royaume du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, “ne reviendra pas tant que les causes de la crise perdureront”, a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita lors d’une rencontre restreinte avec la presse.

Selon l’agence espagnole EFE, Nasser Bourita a bien spécifié que la cause de la crise entre le Maroc et l’Espagne était l’entrée du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, en territoire espagnol “dans des conditions indignes d’un État de droit” et sa non-comparution devant la justice espagnole.

“Inaction totale de la police espagnole”

D’après le ministre des Affaires étrangères, la vague de migration vers Sebta est due “à un contexte de fatigue dans la police marocaine après les festivités de fin de ramadan”, mais aussi à “l’inaction totale de la police espagnole” qui, selon lui, se déploie à raison d’un policier pour cent agents marocains au niveau des zones frontalières.

Nasser Bourita regrette par ailleurs “la campagne d’hostilité médiatique” des médias espagnols, publics et privés, contre le Maroc à travers “la mobilisation de tous les médias en des termes inacceptables et avec l’intervention parfois de hauts fonctionnaires”.

Le 18 mai dernier, le Maroc avait décidé de rappeler son ambassadrice en Espagne pour consultation, après le mécontentement exprimé par Madrid face à “l’entrée massive de migrants marocains à Sebta”.

à lire aussi

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc