Sebta : l’ambassadrice du Maroc en Espagne rappelée à Rabat pour consultation

L’ambassadrice du Royaume du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, convoquée plus tôt dans la journée de ce 18 mai par la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya, a été rappelée à Rabat pour “consultation” après les événements survenus à Sebta depuis lundi.

Par

L’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich. Crédit: DR

Le Maroc a décidé de rappeler son ambassadrice en Espagne, Karima Benyaich, pour consultation, après le “mécontentement” exprimé par Madrid face à “l’entrée massive de migrants marocains à Ceuta”, une enclave espagnole sur la côte marocaine, a appris l’AFP auprès du ministère des Affaires étrangères à Rabat.

L’ambassadrice a été rappelée pour consultation et rentre incessamment au Maroc”, a déclaré à l’AFP la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

4000 personnes refoulées sur les 8000

Karima Benyaich a été convoquée, dans la matinée de ce mardi 18 mai, au siège madrilène du ministère des Affaires étrangères espagnol. Dans une déclaration à l’agence Europa Press, l’ambassadrice a jugé “inhabituelle” la rapidité avec laquelle elle a été convoquée par le ministère espagnol, au lendemain des événements survenus à Ceuta.

à lire aussi

Il y a des actes qui ont des conséquences et ils doivent être assumés”, a expliqué la diplomate à Europa Press avant sa rencontre avec la ministre Arancha González Laya. “Les relations entre pays voisins et amis doivent être fondées sur une confiance mutuelle, qui doit être travaillée et entretenue”, a-t-elle mentionné avant de préciser qu’il y a “des attitudes qui ne peuvent être acceptées”.

D’après l’AFP, l’Espagne a renvoyé au Maroc, ce mardi, environ 4000 des 8000 jeunes hommes, femmes et enfants entrés par voie maritime dans le territoire de Sebta. Alors qu’il s’est rendu sur les lieux ce mardi, le Premier ministre ibérique, Pedro Sanchez, a promis de “rétablir l’ordre” dans le préside, qualifiant cette arrivée massive de “grave crise pour l’Espagne et aussi pour l’Europe”.

article suivant

[Le Scan] Moudawana : pourquoi une réforme s’impose