Khadija El Amrani : “L'arrêt de la Cour de cassation est très favorable aux hommes qui s’adonnent aux relations illégitimes”

Avocate et présidente de l’association de protection de l’enfance W-Lady, Khadija El Amrani dénonce un Code de la famille qui peine à protéger les enfants, notamment dans les affaires de reconnaissance de paternité. Entretien.

Par

Khadija El Amrani est avocate spécialisée en droit de la famille. Crédit: DR

En 2017, le tribunal de Tanger rendait un verdict inédit en reconnaissant la paternité d’un homme par test ADN à l’issue d’une enquête pour viol, requalifié en “relation sexuelle illégale”. La Cour de cassation, dans un arrêt rendu public le 16 avril 2021, estime que “la fille ne mérite aucun dédommagement, car elle résulte d’un fait illégal, auquel sa mère a pris part”.

à lire aussi

Dénoncée par les associations de protection de l’enfance et par des avocats, cette décision met en exergue les failles de la Moudawana : contradictions entre préceptes islamiques et conventions internationales, mais surtout manque de précisions des lois censées protéger les enfants, laissant les juges libres de prendre des décisions arbitraires. Éclaircissements avec Khadija El Amrani, avocate au barreau de Casablanca et spécialiste du droit de la famille.

TelQuel : Que s’est-il passé dans l’affaire de Tanger ?

Khadija El Amrani : L’arrêt de la…

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques