Le PAM, l’Istiqlal et le PPS dénoncent l’instrumentalisation politicienne de l’action caritative et taclent le RNI sans le nommer

Les partis de l’opposition réitèrent leur rejet de principe du phénomène d’instrumentalisation politicienne de l’action caritative et de solidarité, quelle que soit son orientation politique, pour influencer le choix des électeurs.

Par

DR

Les trois partis politiques de l’opposition que sont le PAM, le PPS et l’Istiqlal ont publié, ce 24 avril, un communiqué conjoint où ils appellent à créer une nouvelle dynamique politique.

Évoquant les circonstances difficiles que connaît le pays en raison de la pandémie et des mesures importantes prises pour y faire face, ainsi que la conjoncture générale marquant les prochaines échéances électorales, les trois partis ont salué la phase de préparation de l’arsenal juridique de cette échéance politique importante, en attendant l’annonce officielle des dates de déroulement des différents scrutins.

Le communiqué ajoute que les trois partis, “tout en réaffirmant la centralité de l’élément démocratique pour réussir le modèle alternatif de développement, font part de leur détermination à poursuivre l’action pour consolider l’État nation démocratique avec toutes ses institutions, fortifier le front intérieur et agir en vue d’accroître les taux de participation citoyenne”.

à lire aussi

Pour atteindre ces objectifs, ajoute le communiqué, l’opposition considère que “l’étape actuelle requiert une nouvelle dynamique politique et un grand élan de réforme de nature à générer un gouvernement fort, solidaire, cohérent et responsable, en vue de répondre aux défis internes et externes de notre pays”.

À cette fin, les trois partis ont fait part de leur ferme conviction que l’étape actuelle nécessitait la prédominance, dans notre espace public, d’un “débat serein et responsable” autour du bilan de la gestion gouvernementale, qui traduit le principe de reddition des comptes devant le peuple, et autour des contenus des projets sociétaux et politiques des partis au sein des différents médias publics et privés afin d’y être analysés, jugés et critiqués de manière constructive à travers les canaux d’expression et de participation citoyenne.

Préserver l’intégrité des élections

Les trois formations politiques ont signalé, dans ce sens, les mesures d’information et de communication que le gouvernement doit prendre pour accompagner l’ensemble des étapes du processus électoral dès maintenant, notamment concernant les médias publics qui doivent assumer leur rôle conformément aux cahiers des charges en matière de mise en exergue des visions politiques dans leur diversité.

Le communiqué conjoint relève que les trois partis, dans un souci de préservation de l’intégrité de toutes les étapes de l’opération électorale et sur le principe de la concurrence loyale et équitable qui doit prévaloir lors de ce processus, réitèrent leur rejet et dénonciation de principe du phénomène d’instrumentalisation politicienne de l’action caritative et de solidarité, quelle que soit son orientation politique, pour influencer le choix des électeurs.

Et la même source de conclure que, dans un souci de bon déroulement du processus électoral, les trois partis considèrent que cette pratique illégale, qui se base sur l’exploitation illégitime et immorale des informations et données personnelles des citoyennes et citoyens, nécessite une intervention dissuasive des autorités publiques à même d’y mettre fin.

(avec MAP)

article suivant

Liaisons maritimes vers le Maroc : réduction des prix et augmentation de l'offre