Cryptomonnaie : pourquoi le Bitcoin est encore loin d’être écolo

Cryptomonnaie la plus en vue dans le monde, le Bitcoin, qui a récemment atteint un record historique de 50.000 dollars, semble avoir réussi son opération séduction. Mais son fonctionnement énergivore aura-t-il raison de son succès ?

Par

Les projets autour du Bitcoin vont bon train. Jack Dorsey, patron de Twitter, et le rappeur américain Jay-Z viennent tout récemment d’annoncer la création de Btrust, une plateforme visant à démocratiser le Bitcoin, notamment en Afrique. Le milliardaire excentrique Elon Musk fait même régulièrement sa promotion, et prévoit d’accepter cette cryptomonnaie comme moyen de paiement pour sa société Tesla. De bonnes nouvelles pour le Bitcoin, qui semble acquérir un semblant de crédibilité, au-delà de sa popularité hautement spéculative. Une crédibilité qui pourrait néanmoins être entachée par son impact considérable sur l’environnement.

Un désastre environnemental

Selon une étude de l’Université de Cambridge publiée en septembre 2020, le Bitcoin consomme plus d’électricité par an que l’ensemble de l’Argentine. Il faut dire que le minage de cet actif financier nécessite environ 121,36 térawatts-heures (TWh) par an, soit environ 10 % de la consommation énergétique annuelle de la Chine, et…

article suivant

Plus de 90 blessés dans de nouveaux heurts à Jérusalem