Le long chemin vers la démocratisation du crowdfunding au Maroc

Attendu depuis des années, le cadre réglementaire pour le crowdfunding ne devrait pas tarder à être mis en place. Le projet de loi n° 15-18 sur le financement collaboratif a été adopté en deuxième lecture, le 1er février. Un second pas vers la démocratisation de ce nouveau mécanisme de financement.

Par

Discuté depuis 2016, le projet de loi encadrant le crowdfunding au Maroc se fait attendre. Crédit: DR

Attendu depuis des années, le cadre réglementaire pour le crowdfunding ne devrait pas tarder à être mis en place. Le projet de loi n° 15-18 sur le financement collaboratif a été adopté en deuxième lecture, le 1er février. Un second pas vers la démocratisation de ce nouveau mécanisme de financement.

À mi-chemin entre le microcrédit et le capital-risque, le crowdfunding ou “financement collaboratif” permet de soutenir les porteurs de projets via des plateformes de financement dédiées. Un mécanisme qui permet de rassembler une communauté de clients ou d’investisseurs autour d’un projet, d’une entreprise ou d’une cause à travers une collecte de fonds. Le crowdfunding revêt différentes formes, pour s’adresser à tous types de porteurs de projet à travers notamment le don, le prêt ou la souscription de titres. Un entrepreneur peut ainsi lancer une campagne de préventes pour tester son produit, lever des fonds en capital auprès d’investisseurs particuliers ou lancer une campagne de prêt pour financer ses besoins en fonds de roulement. Cette alternative de financement peine pourtant à se faire une place dans le paysage économique national, alors qu’elle représente un…

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques