Intempéries : la pluie, une “bénédiction” suffisante pour la saison agricole ?

Si les pluies abondantes s’annoncent bénéfiques pour les réserves 
des barrages, il faudra attendre le mois de mars pour juger de leurs effets 
sur la campagne agricole.

Par

Image d'illustration. Crédit: AFP

Les pluies reviennent, et avec force. Durant près de cinq jours, la région de Casablanca-Settat a enregistré des moyennes variant de 100 à 180 millimètres en fonction des provinces. Étendues sur l’ensemble du territoire, ces pluies ont été caractérisées par leur intensité et leur abondance. Si des dégâts ont été constatés dans certaines communes urbaines, à l’image de Casablanca, dans le monde rural, les averses ont fait le bonheur des agriculteurs qui ont déjà semé l’ensemble des surfaces agricoles. “On a assuré un très bon démarrage de la campagne agricole. Aujourd’hui, on peut dire qu’on peut tenir jusqu’à fin février sans aucun problème. Concernant les cultures fourragères et les légumineuses, grâce à ces précipitations, nous pouvons maintenir l’humidité du sol durant un mois, voire un mois et demi. Le besoin se fera sentir vers la fin du mois de février et le début du mois de mars, une période très sensible pour les…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé