Regards croisés sur le protectorat

Que retenir du protectorat ? Était-ce la bonne affaire rêvée par le Quai d’Orsay ? Quels furent ses vrais enjeux ? Cinq historiens et intellectuels apportent des lectures de cette période.

Par

Fête officielle Ksiba 14 juillet 1948
Le 14 juillet se célébrait officiellement, comme en 1948 à Ksiba. Crédit: DR

Que retenir du protectorat ? Était-ce la bonne affaire rêvée par le Quai d’Orsay ? Quels furent ses vrais enjeux ? Cinq historiens et intellectuels apportent des lectures de cette période.

 

Pierre Vermeren

Pierre Vermeren
Pierre Vermeren.Crédit: DR

“L’histoire coloniale reste très présente au Maghreb”

Historien français, spécialiste du Maghreb, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Parmi ses derniers livres : Le Maroc en 100 questions (Tallandier, 2020).

Pourquoi cette repentance des esprits en France concernant le débat sur les colonies ?

La repentance, c’est une forme de l’esprit occidental depuis la décolonisation. Pascal Bruckner a écrit en 1983 Le sanglot de l’homme blanc. On en est toujours là. La génération 68 a transmis cette culture de “la repentance” à ses enfants. Or, les anciens peuples colonisés ont tiré des enseignements très différents de l’âge colonial. Certains sont devenus plus riches que les Occidentaux (Singapour, Corée). Certains ont imité l’Occident (Chine), d’autres l’ont rejeté (Pakistan). Certains tirent bien leur épingle du jeu et ont oublié la leçon de cette histoire. Depuis sa guerre…

article suivant

Hébergement des femmes victimes de violences : du problème invisible à l’urgence nationale