Daniel Rivet : “L’histoire n’est pas un tribunal”

Spécialiste de l’histoire coloniale au Maghreb, ses livres sur Lyautey et le Maroc font autorité. Daniel Rivet revient sur les enjeux du protectorat, son legs mais aussi sur l’immixtion du politique dans le champ de l’historien.

Par

Daniel Rivet
Daniel Rivet est un historien français spécialiste du Maghreb à l’époque coloniale.

Emmanuel Macron a déclaré en 2017 que le colonialisme était “un crime contre l’humanité” et, plus récemment, une “faute morale”. Pourquoi ce débat resurgit-il périodiquement en France et pourquoi cette repentance des esprits ?

Depuis Montesquieu dénonçant l’horreur du système esclavagiste aux Antilles, la légitimité du système colonial n’a cessé d’être remise en cause. D’âpres débats opposèrent abolitionnistes et partisans du maintien de la traite des Noirs au XVIIIe siècle, anticolonistes et colonistes lors de la conquête de l’Algérie, anticolonialistes et défenseurs de l’idée coloniale sous la IIIe République. La repentance prescrite aux descendants des colonisateurs reste le fait d’une infime minorité qui relie pêle-mêle la cause des femmes et celles des sans-papiers et de tous les “damnés de la terre”, sans les sérier et admettre qu’il y a là une discordance des temporalités et des sujets historiques. La majorité pense, au contraire, que la…

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal