Législation : faut-il autoriser l’usage des cryptomonnaies au Maroc ?

Bien qu’interdit au Maroc, l’usage des cryptomonnaies existe 
de manière illicite. Les gouvernements ne pouvant plus ignorer l’engouement pour ces monnaies virtuelles, la question de leur 
régulation est sur la table. Débat entre Bank Al-Maghrib et Badr Bellaj, cofondateur de Mchain.

Par

Les cryptomonnaies sont de plus en plus utilisées, notamment par les investisseurs adeptes de placements alternatifs. Le Bitcoin, doyen des cryptomonnaies décentralisées, grimpe en flèche depuis le début de la pandémie. Le 30 novembre 2020, il a même dépassé son record de décembre 2017, pour atteindre 19 863 dollars. Malgré leur succès, les cryptomonnaies continuent d’être craintes par les régulateurs au Maroc. Qualifiées d’“occultes”, l’Office des changes a officiellement interdit leur usage en novembre 2017. Le temps est-il venu de changer d’avis?

Bank Al-Maghrib* : “Les gouvernements doivent rester vigilants”

“Tout d’abord, BAM a retenu l’appellation crypto-actifs pour les monnaies virtuelles, tel que le Bitcoin, étant donné que celles-ci ne remplissent pas les fonctions dévolues à une monnaie ayant cours légal. La position de BAM s’inscrit dans le cadre des directives de…

article suivant

À Riyad, Akhannouch en émissaire du rapprochement Maroc-Arabie saoudite