Bilal Talidi : “Pour les islamistes, la normalisation est une traîtrise”

Le politologue et membre du conseil national du PJD, Bilal Talidi, analyse les différentes réactions affichées par les organisations à référentiel islamique après l’annonce du rétablissement des relations entre le Maroc et Israël. Leur refus unanime de la normalisation laisse place à des mots et des expressions indiquant le positionnement de chaque composante islamiste sur l’échiquier politique. Décryptage de l’ancien éditorialiste d’Attajdid, le défunt journal du PJD.

Par

Des manifestants agitent des drapeaux palestiniens lors d’une marche à Rabat le 23 juin 2019. Crédit: AFP

Quel regard portez-vous sur les différences enregistrées au niveau de la réaction des islamistes au Maroc, après l’annonce du rétablissement des relations diplomatiques avec Israël ?

Il est évident que ces réactions se ressemblent de par l’affirmation du principe du refus de la normalisation. Mais dans le cas marocain, il y a eu une sorte de distinction, et non une différence, dictée par deux considérations. La première dépend de la position vis-à-vis du gouvernement, la seconde vis-à-vis du régime politique. C’est toute la différence qu’il y a entre le PJD et Al Adl Wal Ihsane.

Quelle lecture faites-vous de la réaction des instances du PJD,…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé