La CGEM et la DGI créent une structure commune pour réduire les litiges entre administration fiscale et entreprises

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Direction générale des impôts (DGI) ont conclu, vendredi à Casablanca, une convention de partenariat pour mettre en place un nouveau service “Corridor CGEM-DGI” visant à réduire les litiges entre l’administration fiscale et les entreprises.

Par

Archives
Anne G / Flickr

En vertu de cette convention, signée par le président de la CGEM Chakib Alj et le directeur général par intérim de la DGI Khalid Zazou, le “Corridor CGEM-DGI” permettra d’accompagner les entreprises membres de la Confédération dans leurs démarches administratives tout en œuvrant à réduire les situations contentieuses. Ce service a aussi pour objectif de lever les incertitudes juridiques, de donner de la visibilité aux entreprises sur la manière dont les textes en vigueur doivent s’appliquer et d’accroître le taux de conformité fiscale.

Il s’inscrit dans le cadre du programme du mandat de la Présidence actuelle du Patronat qui prévoit la mise en place de nouveaux services à forte valeur ajoutée et le renforcement de sa proximité opérationnelle avec les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME).

Nous entamons une nouvelle ère de transparence, de confiance et de partenariat entre la CGEM et la DGI, avec la mise en place de ce service qui vise à réduire les litiges entre l’Administration fiscale et les entreprises membres de la Confédération dans toutes les régions du Maroc, notamment les TPME”, a souligné, à cette occasion, Chakib Alj. Il faut que le paiement des impôts soit considéré comme un acte citoyen et non comme une contrainte, a-t-il martelé.

De son côté, Khalid Zazou s’est félicité de ce partenariat qui, selon lui, marque une nouvelle ère, laquelle s’inscrit dans l’amélioration de la relation entre l’Administration fiscale et les entreprises. Il s’agit de consacrer les acquis, de renforcer davantage la conformité et l’équité fiscale et de consolider la confiance mutuelle, a relevé le directeur par intérim de la DGI. Et de conclure : “L’objectif étant de mettre en synergie nos actions en faveur de l’instauration d’un climat des affaires sain.

(avec MAP)

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel