Saïd Mosker: “Ça me fait mal au cœur de voir un artiste en attaquer un autre”

DR

Smyet bak ?

Lahcen. Smyet mok ? Aïcha. Nimirou d’la carte ? BE516501. Dites, vous menez un entretien ou un interrogatoire de police ? (rires).

À vous de juger, Si Mosker. Commençons par votre actualité. Vous avez été sélectionné parmi les bénéficiaires du programme d’aide exceptionnelle aux arts du ministère de la Culture. Pourtant, vous semblez bien loti financièrement parlant, non?

Pas du tout. Je le dis souvent, maândnach ou makhassnach (nous n’avons rien, mais nous ne manquons de rien, ndlr). Cela fait trente ans que je suis dans le milieu musical et je ne peux compter que sur moi-même. Je suis en autoproduction, je me démène pour trouver des opportunités. Je ne chante ni dans les cabarets ni dans les mariages, j’attends juste l’été pour faire des festivals ou des soirées privées et c’est tout. Donc j’investis dans mon travail, et sinon je n’ai rien d’autre.

Qu’est-ce que vous prévoyiez de faire avec cette bourse de soutien?

Saïd Mosker
“À la base, j’avais demandé au ministère de la Culture 250.000 dirhams afin de…

article suivant

Brute France