La politique des autres

Par Fatym Layachi

Ça fait des mois que tu te sens comme un poisson rouge. Tu tournes en rond. Le temps passe, les saisons aussi mais tu ne vois pourtant pas grand-chose changer. Il fait toujours aussi chaud, le déconfinement est toujours un peu décousu et totalement confus, Zee fait toujours autant la fête et ta mère est toujours aussi angoissée et angoissante. Toi, tu trouves le temps long et l’ambiance pour le moins sinistre. Tu n’as pas le cœur à la fête, tu n’as jamais aimé les bals masqués. Tu n’as même pas le cœur à faire du shopping. C’est dire si l’ambiance est sinistre. Pour que tu n’aies même pas envie de t’acheter une nouvelle paire de bottes alors qu’il y en a plein les vitrines, c’est que tu es sacrément tombée dans le marasme. Et puis autour de toi, rien n’est vraiment joyeux. Même Zee, tu sens bien qu’elle se force un peu. Elle enchaîne les déjeuners, les apéros et les derniers verres mais tu sens bien qu’elle a un peu perdu en légèreté. Elle n’est plus vraiment comme avant….

article suivant

Casablanca : réouverture des écoles à partir du 5 octobre, et prolongation des mesures restrictives