Entre manque de sensibilisation et absence de dispositifs d'alertes, l'affaire Adnane révélatrice des vides de la lutte contre la pédocriminalité

La découverte du corps du jeune Adnane, âgé de 11 ans, enlevé, violé, 
tué et enterré à proximité du domicile de ses parents à Tanger, a plongé 
le Maroc dans l’effroi. Les ONG dénoncent des vides en matière 
de lutte contre la pédocriminalité.

Par

C’est en sortant pour faire une course dans son quartier que l’enfant a croisé le chemin de son agresseur. Crédit: DR

Des vides qui se sont avérés aussi graves que fatals. La terrible disparition d’Adnane Bouchouf, 11 ans, recherché depuis le 7 septembre à Tanger avant d’être finalement retrouvé mort, le vendredi 11 septembre au soir, a mis en lumière les graves lacunes du dispositif de recherche d’enfants disparus au Maroc. Un cas de pédocriminalité qui provoque l’émoi dans le royaume et pose un grand nombre de questions.

Le corps d’Adnane n’a été retrouvé que 4 jours après sa disparition.Crédit: DR
Ce drame n’est que la “face visible de l’iceberg”, déplore Aziz Rhali, président de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH). Des situations similaires, le militant associatif explique qu’elles sont légion, tant l’AMDH “reçoit chaque jour des réclamations et des plaintes de parents pour des disparitions et viols…

article suivant

26 octobre : 72 décès et 2264 nouveaux cas de contamination au coronavirus