Driss Jaydane : “Soigner suppose de surveiller, de quadriller”

Dans cet entretien, Driss Jaydane, écrivain, enseignant et chroniqueur chez Luxe Radio, fait le constat d’un monde d’après traumatisé, effondré, mais humain, où les populations les plus touchées ne devraient pas être oubliées.

Par

Driss Jaydane Crédit: DR

Quelques mois après le déconfinement et le retour à une vie plus ou moins normale, que vous inspire ce fameux “monde d’après” sur lequel on a beaucoup glosé pendant le confinement et dans lequel on vit désormais?

Oui, le monde commençait à peine à fermer boutique… Le monde commençait à peine à attendre, dans l’ombre de l’événement, que, déjà, dans un tel moment, il nous fut parlé du “Monde d’après”. Ou, du Jour d’après. De fait, nous n’étions pas confinés depuis un peu plus de quelques heures, nous n’avions pas encore pris la mesure de ce qui se passait là, de ce qui se produisait pendant, et voici que l’après avait déjà passé la tête à travers l’immense fenêtre que des dirigeants, et leurs médias, avaient tenu à tenir grande ouverte. Avec le recul, cette collusion des temporalités doit nous interroger… Cette idée qu’il ait fallu, d’urgence,…

article suivant

Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice