Manque de personnel, burn-out et “trauma center” toujours fermé : le CHU Ibn Rochd de Casablanca atteint ses limites

Le CHU Ibn Rochd de Casablanca fait actuellement face à une augmentation des cas sévères de Covid-19. Mis à mal, l’établissement doit résoudre une équation à plusieurs variables : traiter ces cas avec un personnel épuisé et réduit, sans pour autant oublier les autres patients, plus nombreux.

Par

Le "trauma center", hautement équipé et apte à accueillir des cas Covid-19 graves, est toujours fermé. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Le dimanche 6 septembre a marqué le début de la pire semaine à Casablanca en termes de nombre de cas de contamination depuis le début de la pandémie : en une journée, la métropole a enregistré près de 1000 nouveaux cas de contamination au Covid-19. L’impact de cette flambée fut immédiat : le gouvernement a décidé le soir même d’instaurer de nouvelles mesures restrictives, qui ressemblent de près à un reconfinement du poumon économique du royaume. Pour que les Casablancais avalent mieux la pilule, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a justifié ces mesures “drastiques” par le risque d’être submergé par le virus dans les jours à venir”.

à lire aussi

Le CHU au bord de l’implosion

À travers ces mesures, le ministère de la Santé ambitionne de limiter la propagation du nouveau…

article suivant

Droits de douane sur le textile : avec la chute de la livre turque, retour à la case départ